The Acolyte a la deuxième meilleure audience pour une série Star Wars !

Comme on dit : Parle bien ou parle mal, mais parle de moi.
Crédits : Disney/Lucasfilm
Getting your Trinity Audio player ready...

Parle bien ou parle mal, mais parle de moi. The Acolyte est devenue la deuxième série la plus regardée parmi les séries Star Wars, et ce malgré le review bombing qu’elle a souffert.

Selon Reelgood, une société spécialisée dans l’analyse du marché des plateformes de streaming, Star Wars : The Acolyte, est la deuxième série la mieux classée parmi les séries de la franchise en termes de popularité, mesuré par l’engagement et les vues. L’étude, basée sur le suivi de 20 millions de décisions et de vues aux États-Unis, combine les données du streaming et d’engagement sur les réseaux sociaux pour évaluer l’impact des séries en streaming.

Dans ce classement, The Acolyte a obtenu un score de 6.1, se plaçant derrière Obi-Wan Kenobi avec un score 7.9, et juste devant la saison 2 de The Mandalorian, qui a atteint 5,4. Ensuite, on retrouve des séries comme Ahsoka avec un score de 5.3, la première saison de The Mandalorian et Andor avec 3.8, la troisième saison de The Mandalorian avec 3.4, et enfin Le Livre de Boba Fett avec un score de 3.2.

Disney/Lucasfilm

Vous savez pourquoi…

Cela est en partie dû à l’engagement élevé généré par les campagnes massives de review bombing contre la série. The Acolyte a déjà plus d’avis sur Rotten Tomatoes que toutes les saisons de The Mandalorien réunies. Sur IMDb, des dizaines de notes de 1 étoile déjà accumulées pour le sixième épisode quelques heures avant sa première mondiale, et cela s’était également produit avant même la sortie des deux premiers épisode de la série.

Malgré les efforts de certains « fans » pour nuire à son image, The Acolyte a réussi à attirer un large public et à s’imposer. Ce succès montre que l’engagement et la curiosité du public peuvent parfois naître des critiques les plus négatives. En fin de compte, l’intérêt autour de la série prouve que, qu’on parle en bien ou en mal, l’important c’est qu’on en parle.

Conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hey p'tit gars, t'as aimé ? Alors partage !