Gina Carano, l’actrice contre-attaque Disney pour licenciement abusif

L'actrice a été licenciée en 2021 suite à des propos jugés scandaleux.
Gina Carano
Disney/Lucasfilm
Getting your Trinity Audio player ready...

C’est une affaire qui pourrait passer pour un mauvais soap opéra et pourtant ! Gina Carano, apparue dans les deux premières saisons de The Mandalorian dans le rôle de Cara Dune, a porté plainte contre Disney. L’actrice, et ancienne catcheuse, estime avoir été victime de “discrimination et d’un licenciement abusif” de la part de Lucasfilm. La plainte, reçue ce mardi par la cour fédérale de Californie allègue que le licenciement fait suite aux propos “de droite” sur des sujets sensibles.

C’est en 2021 que Lucasfilm annonce avoir mis fin au contrat de Gina Carano. Cette décision fait suite à ses propos qui ont “dénigré les gens en fonction de leur identité culturelle et religieuse” sur les réseaux sociaux. La firme avait alors qualifié ces propos “d’odieux et inacceptables”.

Les propos et refus de Carano

Pendant la campagne présidentielle de 2020, Gina Carano a tenu de nombreux propos visant à diffuser des théories du complot et elle a également fait partie des médico-septiques pendant la pandémie de Covid-19 en ridiculisant ceux qui portaient un masque. Mais ce qui a mis le feu au poudre est un message sous-entendant qu’être “Républicain” (ce qui s’apparente à la droite aux États-Unis) c’est “comme être juif pendant l’Holocauste“. Des paroles dites pour faire “réfléchir” avec “respect et occasionnellement de l’humour”, selon elle. Pourtant, son avocat et son agence, UTA, l’ont lâchée peu de temps après. La plainte actuelle impute d’ailleurs ces conséquences à la décision de Disney.

De plus, l’actrice aurait été “obligée” de rencontrer des membres de Glaad (un groupe LGBTQIA+) pour s’excuser de ses propos transphobes. Pour elle il s’agit d’une machination utilisant des “actions d’intimidation, de discrimination et de représailles“. Carano dans sa déposition prétend aussi que Disney a demandé des excuses publiques pour avoir “insulté un groupe de personnes”. Ce qu’elle a refusé, se déclarant innocente. Disney la licencie peu après.

Mes mots ont été constamment tordus pour me diaboliser et me déshumaniser en tant qu’extrémiste de droite alternative. La vérité est que j’étais traquée à partir de tout ce que j’ai posté sur chaque message que j’ai aimé parce que je n’étais pas en ligne avec le récit acceptable de l’époque”

Gina Carano

C’est alors que nombreux propos refont surface, et ce n’est pas à son avantage. Disney entend bien supprimer Gina Carano de ses productions. Running with Bear Grylls, émission produite par Disney, omettra de mentionner sa présence dans un épisode. Disney supprime même les figurines Star Wars dont le visage ressemble trop à celui de Gina. Cela a été le cas pour la Black Serie et The Vintage Collection, dont les figurines de Cara Dune se vendent cher sur le net.

Carano porte plainte pour “discrimination et licenciement abusif”

La plainte, déposée ce 6 février, fait mention de discrimination sexuelle. Carano estime que ses propos sur l’Holocauste ne sont pas pires que ceux de certains acteurs masculins. Leurs propos anti-républicains n’ayant reçu aucune sanction. Elle souligne pour exemple le post X de Pedro Pascal (Le mandalorien dans The Mandalorian) qui compare Donald Trump à Hitler. L’ancienne catcheuse de la MMA estime donc un traitement différencié en fonction de son genre, dans la même situation.

Hier, contre toute attente, un nouveau protagoniste est arrivé dans l’affaire : Elon Musk. Elon Musk, le patron de X (anciennement Twitter) a exposé son envie de soutenir financièrement l’actrice. L’année dernière, Elon Musk a affirmé vouloir aider les utilisateurs si ceux-ci sont discriminés par leur patron suite à des propos tenus sur son réseau. Il entend ainsi garantir la liberté d’expression.

En signe de l’engagement de X Corp en faveur de la liberté d’expression, nous sommes fiers de fournir un soutien financier au procès de Gina Carano, ce qui lui permet de demander la justifications de ses droits à la liberté d’expression sur X et sa capacité de travailler sans intimidation, harcèlement ou discrimination.

Joe Benarroch, chef des opérations commerciales de X

Je suis honoré que mon cas ait été choisi pour être soutenu par la société qui a été l’une des dernières lueurs d’espoir pour la liberté d’expression dans le monde

Gina Carano, en réponse au soutien de Elon Musk

Carano a salué cette démarche en sa faveur. Depuis cette annonce la toile s’enflamme. D’un côté les soutiens, peu nombreux à l’actrice, et de l’autre ceux qui dénoncent l’actrice. Dans cette seconde catégorie beaucoup souligne le manque de tact de Gina, qui dépose une plainte seulement cinq jours après le décès de son ancien collègue sur la série, Carl Weathers.

CONCLUSION

Disney et Lucasfilm n’ont pas encore répondu, ce qui ne saurait tarder. Nous vous tiendrons au courant de toutes les nouvelles informations. Rappelons que le racisme, l’homophobie ou la transphobie ne sont pas des opinions, mais des actes punis par la Loi. Après celui de Johnny Depp contre Amber Head, ce procès s’annonce comme l’un des prochains grands procès à suivre. De nombreux enjeux étant sur la table. D’autant que cette histoire prend place en plein début de campagne électorale pour la présidentielle des États-Unis.

Pour conclure, sachez que Gina Carano demande 75 000 dollars de dommages et intérêts ET une ordonnance pour être réengagée par Lucasfilm. Au moins, on ne pourra pas lui reprocher de ne pas aimer la saga.

Conversation

S’abonner
Notifier de
guest
Ce champ n'est pas obligatoire

0 Commentaires
Rétroactions en ligne
Voir tous les commentaires

Hey p'tit gars, t'as aimé ? Alors partage !